Appelez nous : +212 (0)537-771-094

Collectif Loujna Tounkaranké

 

Collectif Loujna Tounkaranké

 

 

Le Collectif Loujna Tounkaranké (Loujna pour « comité » en arabe et Tounkaranké pour « migrant » ou « aventurier » en soninké) réunit des associations d’Algérie, de Côte d’Ivoire, de France, du Mali, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et de la Tunisie. Depuis sa création en 2009, le Collectif travaille sur la défense et la protection des droits humains dont sont victimes les personnes migrantes dans la région. (Collectif Loujna Tounkaranké)

 

Le Collectif Loujna Tounkaranké travaille au renforcement de l’accès effectif aux droits des personnes migrantes, pour le changement de regard sur les migrations, et la prise en compte des droits humains des personnes migrantes dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques au niveau national et régional.

 

 

Le GADEM est membre du Collectif depuis sa création et a été élu membre Comité de pilotage. L’implication du GADEM dans ce Collectif est importante pour l’association en termes d’échange d’informations, de réflexions et de connaissances, d’expériences, de documentation des violations des droits humains et de plaidoyer au niveau régional. Il permet au GADEM et aux autres associations membres de mener des actions transnationales et conjointes, et d’avoir une vision d’ensemble et une démarche commune pour la défense des droits des personnes migrantes.

 

 

Les associations membres du Collectif Loujna Tounkaranké :

  • En Algérie : la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH), le Réseau des avocats pour la défense des droits de l’Homme (RADDH) et Rencontre & Développement.
  • En Côte d’Ivoire : la Convention de la société civile ivoirienne (CSCI)
  • En France : la Cimade
  • Au Mali : l’Association malienne des expulsés (AME), Caritas Gao et l’Association des refoulés d’Afrique centrale du Mali (ARACEM)
  • Au Maroc : le GADEM et Caritas Rabat
  • En Mauritanie : l’Association mauritanienne des droits de l’Homme (AMDH)
  • Au Niger : Alternative espace citoyen (AEC) et l’Association nigérienne de défense des droits de l’Homme (ANDDH)
  • Au Sénégal : Caritas Dakar et le Réseau migration et développement (REMIDEV) du Congad
  • En Tunisie : le Forum tunisien des droits économiques et sociaux.